wajenzi_demo_large01

Jean Paul Rhuhunemungu Kabunga, Bukavu

« Dans 5 ans, je veux que ma communauté se prenne en charge, qu’elle crée des coopératives, et même des banques pour l’épargne. »
Voici l'interview de Jean Paul en vidéo ;
Voici l'interview de Jean Paul en audio ;[sc_embed_player_template1  downloadable fileurl="http://www.wajenzi.co/wp-content/uploads/2015/04/JeanpaulKabunga.mp3"]

Jean-Paul, un pari original

Et si le développement d’un pays passait par la prospérité économique de ses habitants ? C’est le pari fait par Jean-Paul. Du haut de ses 27 ans, cet habitant du Sud-Kivu s’est lancé dans une démarche de sensibilisation originale :
« J’ai déjà initié pas mal de 62 mama (...) dans l’association Villageoises Épargnes et Crédits. »
Jean-Paul a donc fait le choix de s’adresser à ces femmes, au centre et à la base de la structure familiale des foyers en RDC, comme vecteurs de la stabilité économique de sa communauté. Ses maîtres-mots ? Entraide et...économie !

L’économie pour venir en aide aux mères de famille

L’action de Jean-Paul est simple et accessible à toutes.
« Je les avais formées sur l’épargne, comment elles peuvent faire de petites contributions qui seront en train de les aider dans la vie quotidienne pour se trouver des moyens de subsistance. »
Il ne s’agit pas de donner un cour d’économie ou de finances, mais simplement de donner à toutes des moyens et des idées pratiques pour mieux gérer ses ressources ou mettre de l’argent de côté, afin d’anticiper les difficultés ou les besoins futurs. Car ces femmes, ces « mama » peuvent se trouver dans des situations particulièrement difficiles, démunies face à une situation économique qu’elles ne maîtrisent pas.
« Une mama (...), une veuve, son mari lui avait laissé quatre enfants et ces enfants-là n’étudiaient plus mais aujourd’hui ses enfants étudient, sa première fille elle fait déjà l’âge un à l’ISDR de Bukavu. »
Grâce à ses conseils, Jean-Paul offre une autre approche du quotidien aux mama de sa communauté, pour que chaque famille puisse connaître une situation économique stable.

Des résultats, et des ambitions !

C’est avec une pointe de fierté que Jean-Paul parle des résultats de son travail de sensibilisation.
« Aujourd’hui elles sont déjà capables de trouver [l’argent] pour les besoins primaires. »
Mais il ne compte pas s’arrêter là ! Jean-Paul souhaite que son action soit le point de départ d’une vraie prise de conscience, faisant de l’économie un vrai vecteur du développement de son pays :
« Dans 5 ans, je veux que ma communauté se prenne en charge, qu’elle crée des coopératives, et même des banques pour l’épargne. »
Passe ta voix

159