wajenzi_demo_large01

Rostow Asoumani, Bukavu

Nous avons sensibilisé la population pour construire un pont (…) Je ressens un sentiment de satisfaction quand je vois les gens passer dessus.
Écoutez mon histoire ici-dessous. [sc_embed_player_template1  downloadable fileurl="http://www.wajenzi.co/wp-content/uploads/2015/01/Rostow_Rush-Mixage-final.mp3"]

Rostow, “L’activiste” engagé

Membre et coordinateur de l’association Dynamique de Jeunes pour le Développement, Rostow fait partie de ces personnalités qui oeuvrent au quotidien pour l’amélioration de la qualité de vie de chacun dans sa province. Grâce à son action au sein de l’organisation, il contribue à la création de ponts, des réalisations autant architecturales qu’humaines. Avec Dynamique de Jeunes pour le Développement, Rostow met en effet les individus, les habitants de la province de Sud-Kivu, au coeur de son engagement. Compassion, entraide et humanisme sont ses maîtres mots, et il suffit de l’écouter présenter leur action pour s’en rendre compte.
“Nous avons initié des ponts dans presque toutes les communes et dans quelques territoires de la province de Sud Kivu”
annonce Rostow fièrement. Ces ponts, ils sont au coeur de son action et de son engagement. Plus qu’une infrastructure, ils sont pour lui un moyen de relier les gens, de leur donner accès à des installations de qualité et de vivre une vie normale.

“Tout cela, ça nous a fort touché”

S’il doit donner un exemple permettant d’illustrer le sens et l’intérêt de son action, Rostow nous parle de son projet récent, réalisé dans le quartier Nyalukemba. Un “pont existait avant mais fort malheureusement il a été emporté par les eaux de la pluie”, les habitants se trouvaient face à une situation extrêmement difficile.
“Cela a perturbé la circulation, on a assisté à des désoeuvrements énormes”
se souvient-il. Ainsi, ces enfants qui, pour arriver à l’heure à l’école située de l’autre côté du pont, n’avaient d’autres choix que de soit contourner le ravin sur de grandes distances, soit de tenter de le franchir en sautant... ”on a retrouvé même certains enfants dans le ravin” se rappelle-t-il, ému. Mais l’évènement le plus choquant, il le raconte la voix encore bouleversée : “ce qui nous a frappé le plus c’est une maman qui portait une grossesse qui est tombée dans ce ravin”. Et il conclut, sombre : “comme le malheur ne vient jamais seul, elle a même avorté”. Devant la gravité de la situation, Rostow et son association ont décidé de passer à l’action, non sans difficulté : “nous avons d”abord intéressé les chefs de quartier. On n’a pas trouvé une solution. On est allé jusqu’à trouver le bourgmestre on a pas non plus trouvé une solution.” C’est finalement en faisant appel aux principaux intéressés que le projet a pu voir le jour.

Un pont construit pour et avec “toute la population”

Rostow l’admet, sans l’aide des habitants, le projet n’aurait pu voir le jour :
“’à notre actif nous avions quelque chose mais qui semblait être insignifiant. C’est là qu’on a demandé à toute la population de nous aider à pouvoir transporter le bois”.
C’est grâce à la sensibilisation menée par son association auprès de la population que les moyens financiers et humains ont pu être réunis. Et Rostow conclut, avec dans la voix une note de fierté et de plaisir devant le travail accompli :
“nous avons jeté le pont, et pour le moment tout le monde passe sans aucun problème”.

Le développement comme objectif

Son action, Rostow l’envisage comme un service humain, pratique et économique. Les difficultés vécues par les populations privées d’infrastructures fiables sont innombrables, qu’il s’agisse d’un enfant faisant des kilomètres en espérant arriver à l’école à l’heure ou des commerçants confrontés au problème de transport de leurs marchandises. Apporter une solution à cette situation, c’est ce qui justifie les efforts de Rostow et de son association Dynamique de Jeunes pour le développement :
“je ressens un sentiment de satisfaction quand je vois les gens passent sur ce pont sans connaître les problèmes qu’ils connaissaient avant”.



Voulez-vous imprimer cette histoire? Téléchargez le PDF ici.
Passe ta voix

159